Guignolerie du Midi

On se demande régulièrement sur ce site si les fafs locaux ont touché le fond: la réponse est, pour notre plus grand plaisir, un “non” retentissant.

Après les déboires récents de la “Ligue” dont les innénarables tracts remplissent régulièrement les poubelles de la ville, après les articles appelant d’un côté à créer des ZAD et de l’autre à les réprimer, un jour à se dresser contre l’Etat et le lendemain à soutenir la police, nous avons eu droit encore une fois à du grand guignol.

Et il était justement question de Carnaval: pas n’importe lequel, pas celui des écoles ou des assos subventionnées, mais le Carnaval des gueux de Montpellier, populaire et spontané, le jour des fous du Mardi Gras historique. Bien sûr et comme chaque année, l’hystérie médiatique, politique et policière était à son comble avant même le début du Carnaval, qui fut interdit (encore une fois) par la mairie et la préfecture pour protéger les commerces bourgeois de l’Ecusson.

Il aurait été bien dommage pour les fascistes locaux de ne pas hurler avec les loups, eux qui sont des obsessionnels de la délation policière, toujours prêts à lécher la moindre botte passant dans le coin; on a donc eu droit à de nouveaux appels à constituer des milices anti-carnaval et autres agitations bien fragiles. Un contre-feu un peu minable face aux révélations récentes concernant les méfaits et déboires de la Ligue du Midi.

La réalité? Encore plus d’appels du pieds à la mairie, aux flics et à la justice, et une hilarante “ronde” conduite bien loin du Carnaval. Certains disent qu’un reporter de “Lengadoc info” aurait connu quelques mésaventures en fin de Carnaval face à quelques curieux souhaitant discuter déontologie avec lui, et qu’il court encore aujourd’hui…

La ligue cherchant un enfant à menacer ou une femme seule à agresser pour lutter contre “l’insécurité”

Quant aux Roudier, comme il est plus facile pour eux de s’en prendre à des mineurs (une vieille obsession familiale) qu’à des adultes – qui eux rendent les coups, comme ils l’ont appris à leurs dépends -, ces parasites sociaux ont passé leur nuit à errer dans un centre-ville désert.

Ils auront au moins eu la chance de ne croiser aucun montpeliérain irrité, ce qui n’a pas été le cas des charognards de Génération Identitaire instrumentalisant la misère: eux n’ont pas apprécié leur dernière rencontre nocturne avec des travailleurs locaux fatigués de leurs pitreries.

Alors, le petit Johan continuera-t-il de se faire appeler Teissier pour sonner local ? L’AF se rendra-t-elle compte qu’elle est devenue une blague de soirée pour gauchistes ? Et la Ligue pourra-t-elle financer sa chimio en signant enfin un contrat avec la Préfecture ? Les réponses et la suite au prochain épisode !

Dix militants déguisés en canaris pour distribuer un sandwich: heureusement qu’ils ne font pas sérieusement du social…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s