10 000 lieues sous la dignité

Il faut bien admettre que le spectacle gênant qu’offrent les militants de l’extrême droite locale ne cesse pas de nous surprendre.

A chaque article, on se dit qu’on ne pourra pas descendre plus bas.

Mais si, ils creusent toujours.

Après avoir parlé chinois quand des montpelliérains en vadrouille leur posaient des questions sur leur look…

Après avoir bien juré de ne rien faire de politique…

Après avoir fait un grand écart record entre les postures de cyber warriors et les bégaiements navrants en croisant des “antifas”…

Les voilà qui tentent de se donner une street crédibilité. Comment ? En attaquant un rassemblement de “rouges”? Non : en tentant de voler un drapeau syndical. Sérieusement. Un drapeau syndical. On imagine sans peine les soupirs gênés des autres fascistes français découvrant les exploits des semi-capables locaux.

Mais toute action, aussi minable soit elle, entraîne des conséquences…

Calme toi Jean-Leonidas

Ce Ongwé Louis Le Guen, “fasciste” local aux graves problèmes d’identité, a ainsi été vu tapant un sprint en abandonnant deux de ses amis après avoir tenté d’expliquer qu’il n’avait rien à voir avec la politique.

Quelques claques et pleurnicheries plus tard, il est certain que la rue n’est pas Internet, comme cela a déjà été dit…

Laissons le mot de la fin à un de ses “amis” (un peu trop excité au vu des évènements suivants) :

Alors, heureuse ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s